The new world

  • Accueil
  • > Politique
  • > Afghanistan : des précisions nécessaires (par Milliere Guy)

30 septembre, 2008

Afghanistan : des précisions nécessaires (par Milliere Guy)

Classé sous Politique — ameline18 @ 8:15

Le mot a été employé par le père de l’un des soldats français tombés en Afghanistan sous les balles des talibans : « abject ». Ce dont cet homme parlait était un reportage photo où l’on voyait des terroristes islamistes poser avec des armes, des vêtements, et une montre pris à leurs victimes. Les photos étaient accompagnées d’un article où les mêmes terroristes se voyaient donner la parole pour dire que, si les Français ne partaient pas et ne cessaient pas de suivre les « ordres » des États-Unis, ils seraient tués, tous, jusqu’au dernier. Publier cet article et ces photos quand des soldats français sont exposés au danger et quand la France est impliquée dans une guerre, ce n’est pas informer : c’est se faire le porte-voix et l’agent d’influence de l’ennemi.

Qu’aurait-on dit si, pendant la guerre d’Algérie, des criminels du FLN avaient pu non seulement donner des rendez-vous à des journalistes français, mais poser pour faire la première page d’un magazine et donner des interviews « exclusives », leur permettant d’insulter l’armée et le peuple français ? Il existe dans ce pays une perte graduelle de toutes les valeurs et un enlisement dans le relativisme qui sont consternants et donnent la nausée.

Retrouver les valeurs impliquerait qu’on discerne à nouveau tout ce qui sépare un assassin de sa victime effective ou potentielle, un soldat de l’armée d’un pays démocratique d’un djihadiste barbare. Pour que cela se fasse dans le contexte afghan, il faudrait expliquer, plus nettement que ce n’est fait aujourd’hui, ce que sont les enjeux du combat qui se mène en Afghanistan, et dire que les choses sont claires : ou bien l’Afghanistan redevient une base arrière du terrorisme islamique international, ou bien on y combat ce même terrorisme pour qu’il finisse par s’éteindre.

Il faudrait aussi expliquer, bien sûr, que le terrorisme peut être vaincu, souligner qu’il l’a été en Irak, et souligner, en outre, que la guerre en Afghanistan fait partie d’une guerre plus vaste dont la bataille d’Irak a fait partie : explications et soulignement, c’est un fait, sont difficiles à mener dès lors que la France officielle, politique et médiatique, persiste à considérer que l’intervention en Afghanistan est juste, mais que l’intervention en Irak était « injuste » et sans la moindre légitimité…

Sortir du relativisme supposerait, en supplément, qu’on sache précisément dans quel camp se trouve la France, et que quelqu’un, en très haut lieu, fasse un exposé précis de la situation planétaire, des objectifs et des finalités de la politique étrangère de la France aujourd’hui.

On ne peut pas envoyer des soldats se battre en Afghanistan et pratiquer en parallèle l’apaisement vis-à-vis de l’Iran ; critiquer les propos d’Ahmadinejad et avoir au même instant des attitudes équivoques vis-à-vis de la Syrie ou de la Libye ; prétendre défendre Israël et l’indépendance du Liban, et considérer le Hezbollah comme un interlocuteur politique ; affirmer être du côté de la démocratie et apaiser la Russie poutinienne…

On ne peut, surtout, continuer à se taire sur ce qui s’est passé du côté de Bagdad, car le silence et le mensonge sur le nouvel Irak constituent le grand point aveugle de tout ce qui se dit en France sur la situation planétaire, sur la lutte contre l’islam radical et contre l’esprit de dictature, et sur la possibilité de gagner dans cette lutte.

Il y a, dans tout cela, un manque de cohérence et de clarté, une absence de ligne directrice visible et définie qui ne peuvent être sans conséquences.

L’abjection d’un article et de photos peut heurter un instant, et conduire certains, fort heureusement, à une réaction salubre de dignité blessée. Mais il est, sur un plan plus vaste, logique, hélas, que dans le contexte tel qu’il est, un nombre croissant de gens se demande à quoi cela sert de mourir pour Kaboul. Leur répondre qu’il s’agit d’infiniment davantage que Kaboul est difficile, très difficile en ce pays aujourd’hui.

Entre la lâcheté socialiste, les vestiges de la politique arabe héritée du gaullisme, les invocations vides concernant l’Europe, la myopie des nationalistes d’extrême-droite, reste-t-il, en France, un chemin, une possibilité de rappeler qu’à la mondialisation économique correspond une mondialisation des dangers, et qu’il s’agit, encore et toujours, à l’échelle planétaire, du combat entre la liberté et l’oppression ? Nous le saurons très vite…
 

articlephoto120616895040310.jpg

Laisser un commentaire

La Meuse indépendante |
VILLENEUVE AUTREMENT |
Unissons nos énergies pour ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LUNEL ELECTIONS MUNICIPALES...
| LA WALLONIE, FRANCE DE SAMB...
| entente municipale st bonne...