The new world

29 mars, 2008

Racaille pas Désencyclopédie

Classé sous Non classé — ameline18 @ 14:19

Racaille

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

« Zyva l’aut’ bouffon. La vraie caillera c’est les corrompus qui carrotent des milliards sans s’faire grillé par les keufs ! »

~ Sacha Guitry à propos de Pasqua et de son fils Sarko

Séance de bienvenue à un bourgeois lors de la Fête de la Racaille.

Racaille pas Désencyclopédie magnify-clip

Séance de bienvenue à un bourgeois lors de la Fête de la Racaille.

Racaille .

Terme désignant une sous-espèce d’individus mâle dépourvu de cerveau et éprouvant le besoin de se rendre ridicule aux yeux de la civilisation.

Un diminutif est apparu lors des derniers mouvements lycéens, alors que les racailles se sont distingués par leur amour de la pêche : les cailles.

Origine

La date d’apparition de la racaille reste inconnue à ce jour, mais les chercheurs pensent qu’un virus qui se transmet par les kebabs serait à l’origine de tout ça. Le problème est qu’il existe une controverse : en effet, d’autres chercheurs venus de Chine affirment que la racaille serait un descendant direct du nem… Affaire à suivre.

Apparence

Le racaille se différencie de ses congénères humains par son apparence. En effet, celui-ci porte un survêtement (généralement de marque Sergio Tacchini, Airness ou encore Lacoste (généralement acheté dans un magasin spécialisé pour racaille comme Etam’R), mais aussi Gucci ou Louis Vuiton [Dans le cas de ces deux dernieres marques , il va de soi que les modeles sont faux , et oui , Vuiton et Gucci ne font pas de casquettes...]) , mais également des chaussures de sport tels que des TN ou des airmax ou shox. Pour pouvoir protéger son crâne rasé ou une coupe de cheveux que l’on appelle fondue, le racaille a une casquette de type Lacoste légèrement basculée en arrière et/ou sur le côté, d’un angle obtenu par un savant calcul entre l’inclinaison des rayons du soleil et la courbure intersportomique de l’espace temps en 3D, mais uniquement posée sur le crâne pour des raisons obscures. Une inclinaison de 23 degré nord peut être rencontrée, pour être aware sur le plan de l’écliptique.

Le racaille porte également un sac banane autour de sa taille afin d’y stocker les différents trésors acquis lors de sa chasse. Tout aussi bien, les racailles se vêtissent avec de magnifiques grand pull, tee-shirt ou pantalon à carreau, pour se différencier des autres individus. Pour protéger du vent glacial attaquant ses poils de jambes pendant la saison glacière, le racaille enfile ses chaussettes sur pantalon. Pour se protéger du soleil la racaille met les lunettes noires sur l’arrière de la tête afin de se protéger la nuque contre les coups de soleil. Cela évite de se frotter avec de la crème solaire. Le résultat obtenu est l’effet escompté auprès des peuples civilisés : la racaille accroît son pouvoir hilarant et peut ainsi se différencier encore plus des autres vieille espèces.

Pour finir, ce vil être adopte une démarche très particulière consistant à tourner les pointes de pied vers l’extérieur (comme s’il voulait balayer le sol; et oui, la racaille peut aussi faire office de swiffer) et balancer son buste de gauche à droite (ou de droite à gauche, parfois, c’est rare, mais il arrive que ça arrive, quelques fois. En fait c’est surtout selon l’humeur de ta mère et de son taux d’alcoolémie. Par contre si tu vois une racaille balancer son buste de gauche à gauche, ou de droite à droite, là c’est surtout à cause de ton taux d’alcoolémie.)

Mode de vie

180px-Pyjama

magnify-clip

Pour survivre, le racaille enfant a besoin de ses parents. Ceux-ci lui fournissent de l’argent de poche, afin que le racaille subsiste à ses besoins : manger au Mc Donald’s ou bien un kebab et s’acheter de nouveaux habits extrêmement prisés par ses semblables. C’est une fashion-victim. Néanmoins dès le plus jeune âge, le racaille est entrainé à la survie en milieu hostile : il apprend à chasser. Cette chasse consiste à subtiliser des moyens de locomotion tels que des scooters ou des mobylettes ou bien emprunter définitivement à un être civilisé — qu’il appelle pour l’occasion une victime — son portable, sa montre, son argent et de manière générale, ses biens matériels. Le racaille enfant s’entraîne à la provocation en insultant tout ce qui passe, dont les forces de police ; et par ce moyen il apprend à répéter des phrases dont il ne comprend pas la signification juridique, telles que « Vazi batar jsui mineur tavu ? Jvai tniquer ta race ! » (Comprendre : « Je suis mineur, vous n’avez pas le droit de me faire ça  ! ») ou bien « Conar fai pété mon avocat batar tavu ? » (« Monsieur l’agent, veuillez contacter mon homme de loi au plus tôt, je vous prie. ») Le racaille enfant apprend ainsi à énoncer ses droits, ce qu’il s’empressera de faire quelle que soit la situation. Un exemple récent : « Donne un nurofen, j’ai mal à la teuté. Nan, pas la boîte, un comprimé. Donne un comprimé, c’est la loi. »

Le racaille a le sentiment d’être un séducteur irrésistible et passe son temps a aborder les jeunes femmes dans la rue (quand il n’insulte pas ou ne harcèle pas les autres gens) « Oh mam’zelle, ma parole té trop bonne, zyva fait pas ta salope. » ou autre « Zyva té une bombe, je vais te carotte ton number. » Voir expression plus bas. On a récemment entendu l’expression « ziva té trop une bete de zouze » trés utilisé par la derniere génération …

Pour finir, le racaille écoute des types de musique appelés « rap » ou bien « R’n'B » qui vont enrichir son vocabulaire. Notez bien ici que le R’n'B qu’écoute le racaille de base n’a rien à voir avec le Rhythm and Blues qu’il désigne à l’origine, mais se rapporte plutôt à un incompréhensible mélange de rap et de sacrifice de chats. Il aime beaucoup faire savoir à tout le monde qu’il affectionne ce genre de « musique » et il va donc à l’aide de son portable émettre un son un peu crado dans tout les lieux publics, notamment les fonds de bus, endroit où, lorsqu’il y est assis, fait sa fierté car il a alors un pouvoir certain envers tout les autres voyageurs et peut d’ailleurs s’adonner au plaisir de la pyrotechnie en brûlant les sièges avec son briquet.

Lorsqu’il atteint un certain âge, le racaille cesse d’être le faux rebelle fils-à-papa et entame une vie sociale. Ses activités principales sont alors:

  • Le vandalisme
  • Le traînage dans les HLM
  • La provocation (toutefois il est inutile de s’inquiéter si le nombre de racailles est inférieur à 5 fois le nombre de personnes avec qui vous vous trouvez)
  • Le vol à la tire
  • Les coups et blessures
  • Le crime (une fois qu’il s’est parfaitement intégré dans la société)
  • Le RMI (enfin, attendre qu’il tombe)
  • Le business mais pas dans les bureaux de la défense.
  • Travailler (et oui parfois), des travaux manuel bien sûr, comme la régie de quartier. La caille fini rarement ses secondaires. (Fabian!)

Voir aussi http://bkcrew.free.fr/poungi/poungi.php?sousMenu=galerie

Relations sociales

La racaille, c’est avant tout quelqu’un qui n’est pas interressant du fait que sa seule personnalité se limite à son portable et son adresse MSN. Dans la vie de tout les jours il a des amis du même genre (vous avez dit mouton ?).

  • En général la racaille est assez fermée socialement, du coup quand il voit un rebelz déguisé en sac poubelle pour lutter contre les marques commerciales, il se fout largement de sa gueule en bombant le torse avec son joli maillot Airness (avouez que c’est mieux qu’un pochon plastique).
  • Certaines racailles s’accomodent plutôt bien aux fashions/tecktonik puisqu’ils s’agit de deux espèces assez proches. Cependant nous avons déjà observé des scènes de désaccord :

Wesh : Zinda le con d’ta race !
Fashion : Quoi il se prend pour qui lui ?
Si le fashion essaie de faire le fier, il le paiera cash (et en plusieurs mensualités)

  • Avec les no-life c’est très marrants parcontre. Le pauvre petit noob (ou PGM, qu’est ce qu’on s’en branle) ne fait jamais le fier pendant que la racaille (généralement en groupe) s’amuse a le titiller en le bombardant de questions plus ou moins mechantes (du genre « t’as acheté ou tes pompes ? » (ironiquement hein) ou « c’est toi qu’a dit qu’ma mère c’était une salope ? ») auquel le no-life essaiera de répondre de la manière la plus approprié pour ne pas emmerder le(s) gros con(s) en survet’ à coté.

La racaille masculine n’a généralement pas de soucis à se trouver une compagne car il est trop con pour être mal avisé (cependant il aime beaucoup les films pornos).

Comme il se soucie de son physique qui ressemble à beaucoup d’autres (c’est ca la mode) les filles pas trop intelligentes les qualifient de « bogoss » tout en les bombardent de surnom à la con (« mon gros lapin », « mon gros zouzou », *authentique*)

Cependant certaines racailles sont des personnes fort sympathiques (je peux vous dire le truc pour gagner leur respect, ce n’est pas si difficile que cela en a l’air).

Exemple.jpg 

Technique de racket

La racaille aborde toujours sa victime par une phrase d’approche : « Wesh t’as pas un euro? » ou une variante comme: « Wesh t’as pas une garrot? » ou encore: « Wesh t’as pas l’heure? » Attention par ces derniers mots, la racaille sous-entend « Wesh t’as pas un portable avec l’heure? » Et la c’est mort pour tes fesses… Lentement, il s’approche et tate tes poches! Si tu n’as rien, tu peux y aller, mais gare à ceux qui cachent leur portable…

Langage

Les hémisphères cérébraux de ces individus sont trop atrophiés pour adopter un langage aussi civilisé que le notre. Donc, afin de communiquer avec ses congénères, le racaille utilise un dialecte bien à lui et difficilement compréhensible par les autres espèces. Cependant, des études ont mené à la compréhension de certains termes employés par ces énergumènes :

  • TG ! (Je te prie de te taire !)
  • tasspé (femme de mauvaise vertu)
  • La répétition de l’expression « t’as vu ? » en fin de phrase et connotant une interrogation affirmative.
  • bouffon (individu qui n’appartient pas à notre milieu)
  • Wesh la famille bien ou kwa? (Bonjour, comment se porte ta famille?)
  • baisse les zyeux (reconnais ma supériorité)
  • rgarde moi kan jte parle (ose soutenir mon regard)
  • èla quje pète té dent (voudrais-tu, je te prie, venir ici afin que je te rosse, et ce, de façon fort violente ?)
  • carotte (dérober)
  • zarma (Diantre !)
  • maramé (Terme exprimant la stupéfaction, l’étonnement)
  • ouèch keskya (Mais que se passe-t-il  ?)
  • oh zyva? (pourrait-on y aller ? ou va-z-y donne le moi (en parlant de votre bien matériel))
  • Kom T KC ! (Vous ne pouvez à présent plus rien me rétorquer.)
  • ouèch T bonn (Vous avez une fort plaisante silhouette.)
  • POPOPOPOPOPO PULL UP PULL UP WHOUUUUU POPOPO !!! (–Paroles de satisfaction que le sujet hurle généralement, lorsqu’il vient de voir, ou de commettre une action/parole refroidissante, surprenante et admirable. Une admiration bien entendu restreinte au cercle des sujets présumés.– « Très subtil, vraiment beau, bravo! »)
  • WOWOWOWOWO D’OU TU ME PARLES COMME CA TU VEUX QUE J’SORTE MON COLT 9MM OU QUOI ? ( Si je peux me permettre, pourrais-je te demander à quel endroit te situes-tu au moment même où tu me parles de la sorte? Car j’ai moi même beaucoup de mal à te repérer dans mon champ visuel en fait. Mais pendant qu’on y est, souhaites-tu que je sorte mon Colt .45 de calibre 9mm ?(…))
  • etc…

Avec ces différents mots, nous pouvons comprendre des phrases vociférées par ces cloportes polyopathes :

  • « wé vazi batar, kestu mcherches ? En 2-30 jsors ma batte de ma benz’ et jte nique ta race, batar tavu ? »
    • « Sacrebleu, pourquoi me provoquez-vous ? Nonobstant qu’il me suffira d’un bref instant pour dégainer mon arme et mettre fin à vos jours, diantre ! »
  • « vazi kes kil a a mal me rgarder c’bouffon ? »
    • « Pourquoi cet individu qui n’appartient pas à notre milieu me regarde-t-il de la sorte, ce mécréant ? »
  • « samère jlui é carotté son phone, téma téma ! »
    • « Fichtre, je lui ai subtilisé son téléphone cellulaire, contemplez contemplez ! »
  • « Téma la meuf, komen kell est booooonn! »
    • « Je ne suis pas insensible aux charmes de cette gente demoiselle. »
  • « Ben Laden, c’est de la balle! »
    • « Le mercantile Oncle Sam ne pouvait pas indéfiniment exploiter sans retour les richesses de l’Orient sans déclencher le juste courroux de l’homme des montagnes. »
  • « Nique-lui sa face à c’bouffon! »
    • « Rabat-lui son caquet à cet individu qui n’appartient pas à notre milieu  ! »
  • « Il m’a carotté un zedou de teuchi, lbatar, Kiff commen j’vai le niquer grave sa race. »
    • « Ce scélérat m’a dérobé douze grammes de chanvre indien, il va s’en mordre les doigts. »
  • « La prof d’anglais elle a des veuch tout chelous. »
    • « Ce n’est pas tous les jours que l’on voit une coupe de cheveux aussi inhabituelle et cocasse que celle de la professeur d’anglais, qui, par extension, n’appartient pas à notre milieu. »
  • « Comment je lui ai niqué sa race à c’bouffon ! »
    • « Je sors indéniablement vainqueur du combat qui m’a opposé à cet individu qui ne s’apparente pas à notre style de vie, ceci dit en toute modestie, s’entend, et avec toute la sportivité qui s’impose en de pareilles circonstances. »
  • « J’suis foncedé. »
    • « Mon regard est vitreux, je perds mes mots, un mince filet de bave s’écoule sur mon menton et je rigole comme un décérébré sans aucune raison. J’ai payé assez cher pour me mettre dans cet état. Bref, je viens de consommer du cannabis. »
  • « Trop comment je suis foncedé! »
    • « J’ai fumé une quantité déraisonnable de cannabis. Je crains que mon acuité intellectuelle en pâtisse pour la paire d’heures à venir. »
  • « Ziva prête-moi ton gun, l’aut’batar y m’a manqué de respect. »
    • « Pourrais-tu, s’il te plaît, me prêter ton arme à feu, afin que je règle son compte à l’importun qui n’a été qu’à moitié urbain à mon égard  ? »
  • « Comment je kiffe trop son boule ! »
    • « Le sien postérieur n’est pas sans éveiller chez moi des pulsions bien naturelles, qui me mettent dans une humeur joviale, pour ne pas oser dire gauloise. »
  • « Elles sont trop mortelles tes Nike. »
    • « Vos chaussures s’entendraient fort bien avec mes pieds, aussi, vous demanderais-je de m’en faire l’offrande sans opposer de résistance. »
  • « On me fait pas des mythos à moi, bouffon ! »
    • « Je ne suis pas le genre de crédule à qui vous ferez gober vos billevesées, individu qui n’appartient pas à notre milieu ! »
  • « Sa race! »
    • « Je suis d’humeur maussade. »
  • « Sa race, c’bouffon! »
    • « Mon anneau pylorique est complètement fermé. C’est le résultat de la proximité de cet individu qui n’appartient pas à notre milieu. »
  • « Sérieux, j’kiffe trop son cul à vot’fille. »
    • « Monsieur, j’ai l’honneur et le plaisir de vous demander la main de votre fille. »
  • « T’aurais vu comment Jamel il a tej la prof d’anglais! »
    • « Le facétieux Jamel ne s’est pas laissé démonter face aux réprimandes de la professeure d’anglais ! »
  • « Trop la tehon, ce zonblou. »
    • « Ce blouson est ridicule, et ce, dans des proportions considérables. »
  • « C’est un truc de ouf! »
    • « Mon Dieu! mon entendement est tout bonnement dépassé ! »
  • « Zyva, fais mefu, sale chacal. » ou « Zyva, fais pété un/e garro. » (New Wave)
    • « Ne sois pas si avare de ta cigarette purgative, et fais-en donc profiter ton vieil ami qui trépigne d’impatience. »
  • « Zyva, fais pété la tiz au people. »
    • « Pourriez-vous me procurer l’alcool que vous détenez en ce moment, et que je ne vous rendrais probablement pas, car je dois le faire circuler entre moi et mes congénère devons faire semblant d’être saoul pour que les autres habitants du quartier se sentent forcés de nous respecter ?. »
  • « Kestu m’cafouilles bouffon ?! »
    • « Pourriez-vous me parler sur un autre ton, je vous prie, vous qui n’appartenez pas à mon milieu ? »
  • « Ta rem, comment ki m’affiche s’bouffon  ! »
    • « Palsanbleu, que ce jeune homme est arrogant !  »
  • « Ziva bouffon, tu m’engraines ? »
    • « Individu qui n’appartient pas à notre milieu, ne m’importunerais-tu point, d’une manière ou d’une autre, volontairement ? »
  • « Ziva t’a pas un 06 ?»
    • « Chez ami, auriez-vous un appareil de téléphonie mobile que vous puissiez m’octroyer si cela ne vous importune point trop ? »
  • « Putain comment y’me fais golri à chaque se-phra s’batard ! »
    • « Ce jeune talent me fait m’esclaffer à chacune de ses boutades. »
  • « Nik la police ! »
    • « Les forces de l’ordre ne font pas partie de nos relations de complaisance »
  • « ’Azy, kestu’m'chab, bouffon ? »
    • « Peste, pour quelle raison me dévisagez-vous, individu n’appartenant pas à notre milieu ? »
  • « Vazy v’la l’trip 2 ouf ! »
    • « La situation que nous vivons actuellement n’est point déplaisante ! J’irais même jusqu’à avancer qu’elle me convient tout particulièrement. »
  • « Tkt tkt toi mm tu C cousin »
    • « Inutile de t’affoler mon ami, accordes-moi ta confiances, je controle la situation. »
  • « Vazy ferme ta putain de grande gueule ou j’te baize ta race! Fils de pute, jé kène ta grosse daronne la chienne hier ! »
    • « Je te prierai de te taire car tu n’as pas la parole, dans le cas contraire, je me verrai dans l’obligation de te foutre une tannée dont tu risques malheureusement de te souvenir. Je tiens aussi à souligner le fait que ta mère est une prostituée, bien que cela n’ait pas de rapport avec ce que je viens de te dire. J’aimerais d’ailleurs ajouter que j’ai profité de cela pour lui demander de forniquer avec moi hier en échange de quelques sous, demande qu’elle a acceptée avec plaisir. »
  • « Ta pa une nuit-grave grosse ?! »
    • « Dis-moi, jeune fille dont la corpulence est particulièrement au-dessus de la normale, aurais-tu l’amabilité de me donner une cigarette, et ce, gratuitement ? »
  • « Hey mam’zel, vou zête tro charmante jkifferai vou chétou les einsse … euh sa race tro bocou charmante même ! »
    • « Bonjour ma demoiselle, très sincèrement je dois vous avouer que je ne reste pas de marbre face à vote charme »
  • « Hey les batards, on s’fait un kébab! »
    • « Salutations distinguées la compagnie, que diriez vous de prendre nonobstant la dinette ? »

Divers

Pour finir cette approche scientifique du racaille, nous allons ajouter quelques précisions concernant la pérennité de son espèce :

  • Le racaille est en nette progression depuis la démocratisation de musiques incitant à la violence et à la rébellion.
  • L’être sans cervelle dont notre étude fait l’objet se sent en confiance et puissant lorsqu’il attaque en meute, mais des études ont montré qu’il suffisait de neutraliser le mâle dominant (exemples : 50 cent, Tupac, Biggy Small (zut, les deux derniers sont déjà morts, tant pis)) pour faire fuir les attaquants. Le racaille est donc caractérisé par son attitude lâche et dénuée d’honneur.
  • Le racaille n‘attaque jamais seul — il est craintif — mais toujours à plusieurs : l’union fait la force. Bien entendu, plus la cible est faible, plus les cailles s’excitent. Ainsi, ils aiment à s’attaquer à leurs victimes en groupe, ce qui est un acte parfaitement lâche, que seuls osent pratiquer à visage découvert (et encore) les Communistes Révolutionnaires Salafistes (ou CRS pour les intimes).
  • Les racailles ne se lavent jamais. Pour les mettre en fuite, il suffit donc de les nettoyer au Kärcher, méthode préconisée par Nicolas Sarkozy.
  • Pendant la période des amours, le racaille devient beaucoup plus violent qu’à la normale. Il arrive même qu’il se mette à brûler des voitures ou piller des magasins pour prouver son attrait envers la femelle racaille. Cette période n’est pas encore définie.
  • Quand la racaille ne sait pas quoi dire, elle invente des mots : « Je vais te sla, sale face de baboss ! », il n’hesite pas non plus, à économiser son articulation, ne cessant de dire « tamer », « jvais », « tapa » (pour tu n’as pas, sans doute).
  • Avant l’invention de MTV et du Droit de Savoir sur TF1, la racaille était intelligente et luttait pour un monde plus juste en combattant le pouvoir et en ne croyant pas à la hype.
  • Malgré les apparences, les racailles sont des artistes (oui oui), une chanson est même passée à la radio écrite par une racaille. En voici le refrain (avec la censure) : Quand tu me s*** la b*** ça me fait b***** et j’******* tout mon s***** dans sa p***** de gorge. (Le titre de la chanson est « A toi ma bien aimée »).

23 mars, 2008

Cry of the Black Birds

Classé sous Vidéo — ameline18 @ 12:03

Magnifique! Toujours Amon Amarth

Image de prévisualisation YouTube

 

Raise your swords up high!
See the black birds fly!
Let them hear your rage!
Show no fear!
Attack!

Charge your horses across the fields
Together we ride into destiny
Have no fear of death, when its our time
Oden will bring us home, when we die!

The ground trembles under us
As we make our thunder charge
The pounding hooves spread panic and fear into their hearts
Our helmets shine in the sun as we near their wall of shields
Some of them turn and run
When they hear our frantic screams!

Throw your swords to (the) sky!
Hear the Black Birds cry!
Let them feel your hate!
Show no fear!

Attack!

The enemy are in disarray
Like a cowardice they run
Send them to their final graves
Don’t spare anyone
Kill the wounded by order of
See the pain in their eyes

Over the field and fear the sound
As we hear the ravens cry

 
 

Runes to my memory

Classé sous Vidéo — ameline18 @ 11:58

Une très jolie chanson d’Amon Amarth

Image de prévisualisation YouTube

 

 We hold the rivers of the eastern trail
Deep in the land of the Rus
Following the wind in our sails
And the rythm of the oars
No shelter in this hostile land
Constantly on guard
Ready to fight and defend, our ship to bitter end
We came under attack
I received a deadly wound
A spear was forced into my back
Still I fought on
When I am dead, lay me in a mound
Raise a stone for all to see
Runes carved to my memory!
Here I lie on the river bank
A long long way from home
Life is pouring out of me
Soon I will be gone
I tilt my head, to the side
And think of those back home
I see the river rushing by
The blood runs from my wound
Here I lie, on wet sand
I will not make it home
I clench my sword in my hand
Say farewell to those I love
When I am dead, lay me in a mound
Place my weapons by my side
For the journey to hall up high
When I am dead, lay me in a mound
Raise a stone for all to see
Runes carved to my memory!
To my memory

La Meuse indépendante |
VILLENEUVE AUTREMENT |
Unissons nos énergies pour ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LUNEL ELECTIONS MUNICIPALES...
| LA WALLONIE, FRANCE DE SAMB...
| entente municipale st bonne...